L’opposant Jean Ping et ses sbires noyautent le conflit SATRAM pour affaiblir le Président Bongo à Port-Gentil.

31 مايو 2018 - 1:37 م

Yassine KEBIR

Le feuilleton de la main mise forcée et téléguidée du tribunal de 1ère instance de Port-Gentil (Gabon) sur le grand groupe marocain SATRAM-EGCA le 21 février dernier va de rebondissement en rebondissement après l’interpellation par les services du B2 le week-end dernier du fameux syndic imposé au groupe par son ex-concubine qui n’est autre que la Présidente qui a rendu la très contestée ordonnance de redressement judiciaire. De retour de la B2 et selon des sources concordantes Edo Ruffin Dubernard déclarait dans une réunion avec les affidés lundi dernier que son vrai soutien dans cette ville de Port-Gentil et dans le Gabon c’est le Président de la République élu et que l’avocat BANTSANTSA de ce Président qui a rejoint la cause de la classe ouvrière qui a remporté la décision judiciaire. Les propos d’ Edo Ruffin ne font que réconforter les propriétaires et actionnaires du groupe SATRAM-EGCA dans leurs doléances que leur groupe est victime d’un complot de l’opposition au Président Ali Bongo (seul et unique Président reconnu par la communauté internationale). Rappelons que les cercles anti Bongo avaient utilisé les services d’un ouvrier Nicaise ENZANG ex-délégué du syndicat majoritaire (C.D.S.A) avec la complicité de l’avocat de Jean Ping pour obtenir dans un temps record et pendant la grève des juges l’ordonnance de redressement judiciaire que la direction a attaqué depuis, attendant que les tribunaux reprennent le service. Ironie du sort comme nous avons indiqué la même décision a été prise à la hâte et durant la grève des magistrats. A qui profite le crime de suspicion et conflit d’intérêt sinon à cette opposition machiavélique au Président Ali Bongo. Le but c’est transformer un conflit social en un conflit politique explosif. Signalons que les autorités sécuritaires avaient signifié à Edo Ruffin une interdiction de quitter le territoire dans le cadre de l’affaire MAMBA où il est mêlé. Pourquoi donc garder un élément douteux et sulfureux dans une mission neutre dont il n’a pas une seule qualité pour la remplir ? Le syndicat majoritaire a compris la gravité du complot et s’est totalement détaché de ce mouvement criminel. Il s’est rallier à la direction générale du groupe et devant les tribunaux ( intervention volontaire à la requête de la direction) et l’opinion publique en se mobilisant afin d’alerter les pouvoirs publiques et les peuples Gabonais et Marocains sur les dangers encourus par cette machination menée par un groupe de voyous et délinquants politiques qui veulent affaiblir le Président Bongo en utilisant le groupe Gabono-Marocain comme otage et bouclier à leur besogne.

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

%d مدونون معجبون بهذه: